Un patrimoine géologique exceptionnel

Des milliers de fossiles en réserve

Le caractère exceptionnel de la réserve naturelle réside dans ses gisements à fossiles de vertébrés (mammifères, oiseaux, poissons, reptiles…), insectes (coléoptères, diptères…) et végétaux (feuilles, troncs, fleurs…) parfaitement conservés, ainsi que dans la présence de plusieurs dalles à empreintes de pas de mammifères. Les nombreuses études menées depuis le début du XIXe siècle sur ce territoire attestent d’une dimension scientifique internationale.

Vertébrés, insectes et végétaux des calcaires en plaquettes

  • Poisson et feuille fossiles (photo Patrick Cabrol)
    Poisson et feuille fossiles
    © PNRL - Patrick Cabrol
  • Papillon fossile : Lethe corbieri de Cérestecent_damourette (photo Cœurs de nature/SIPA/Vincent Damourette)
    Papillon fossile : Lethe corbieri
    © Cœurs de nature/SIPA/Vincent Damourette

Ces fossiles constituent l’originalité géologique à la fois scientifique et esthétique de notre région. En effet, dans des calcaires en très fines plaquettes, de dimension infra millimétrique, d’origine lacustre, sont conservés une faune et une flore fossile d’une grande diversité  et parfaitement fossilisées dans les plus fins détails.

Chaque mince feuillet que l’on peut ouvrir comme un livre a agi comme une pellicule photo et fixé une partie d’un environnement vieux de plusieurs millions d’années.

Ainsi peut-on découvrir, au hasard du clivage de ces plaquettes, des poissons en abondance, des feuilles, des insectes, des grenouilles, des oiseaux des tortues… et même un petit herbivore ou un crocodile. Le degré de conservation est excellent et les parties les plus fines jusqu’aux pétales de fleurs ou aux facettes des yeux des insectes sont conservées.
Abeille butinant une fleur

Des empreintes de pas de mammifères conservées dans le calcaire !

Ces conditions exceptionnelles de fossilisation concernent aussi plusieurs dalles portant à leur surface les empreintes de pas des animaux qui vivaient au bord de ces lacs, empreintes de rhinocéros, de chevrotains, d’Entelodon (sorte de sanglier géant), de rares carnivores (Hyaenodon) et d’oiseaux.  Les sites à empreintes de pas fossiles de mammifères sont très rares à l’échelle de la Planète. Moins de 60 sont connues dont 9 en France, et 8 dans le Parc naturel régional du Luberon qui, dans ce contexte, constitue l’un des territoires les plus riches au monde.

  • Dalle à empreintes de pas fossiles de Saignon (photo Hervé Vincent)
    Dalle à empreintes de pas fossiles de Saignon
    © AVECC - Hervé Vincent
  • Empreinte fossiles à deux doigts (photo PNRL/Stéphane Legal)
    Empreinte fossiles à deux doigts
    © PNRL - Stéphane Legal
  • Empreinte fossile à trois doigts attribuée à un rhinocéros (photo PNRL/Stéphane Legal)
    Empreinte fossile à trois doigts attribuée à un rhinocéros
    © PNRL - Stéphane Legal
  • Représentation d'un bord de lac du Luberon à l'Oligocène (dessin Aline Laage)
    Représentation d'un bord de lac du Luberon à l'Oligocène
    © Aline Laage

Des sites à vertébrés fossiles célèbres

Sur la commune de Saint-Saturnin-lès-Apt, se trouve un site fossilifère célèbre qui a livré des centaines d’ossements et de mâchoires de mammifères herbivores et carnivores conservés dans des lignites. On y observe en particulier de nombreux restes de Paleotherium, mammifère primitif de l’Eocène (-40 millions d’années).

A Aubenas-les-Alpes, un gisement découvert au début du XXe siècle, a fourni de nombreux fossiles de mammifères mais aussi de de crocodiliens et de chéloniens.  Ces animaux ont été fossilisés à l’Oligocène, vers -28 millions d’années.

Le gisement de Murs, découvert aussi au début du XXe siècle,  a livré un matériel remarquablement bien conservé, qui se trouve au Musée de Bâle, en Suisse. Étudie en 2000, c’est le gisement type de Plagiolophus huerzeleri, herbivore artiodactyle de l’Oligocène moyen (-28 Ma).

Sur la commune de Cucuron, le gisement de l’Aumane, situé dans des limons rouges a livré de très nombreux fossiles de vertébrés très proches des animaux actuels : gazelles, éléphants, tigres à dents de sabres ou encore, Hipparion, un lointain cousin du cheval. Une savane s’étendait au pied du Luberon il y a 7 millions d’années !

  • Plagiolophus de Murs conservé au Musée d'Histoire Naturelle de Bâle (photo Loïc Costeur)
    Plagiolophus de Murs conservé au Musée d'Histoire Naturelle de Bâle
    © PNRL - Loïc Costeur
  • Hipparion conervé à l'Université Claude Bernard Lyon 1 (photo © Noël Podevigne / Collections de Géologie de l'Université C. Bernard Lyon-1 (CERESE-Géologie))
    Hipparion conervé à l'Université Claude Bernard Lyon 1
    © Noël Podevigne / Collections de Géologie de l'Université C. Bernard Lyon-1 (CERESE-Géologie)

D’Apt à Aptien

C’est en 1840 qu’Alcide d’Orbigny, un des grand pionniers de la géologie française, premier professeur de paléontologie au Muséum National d’Histoire Naturelle, suggère la création de l’étage Aptien à partir de son étude des marnes grises de la région d’Apt et de leur contenu fossilifère.
Il écrit dans Paléontologie Française : « On pourrait peut-être séparer entièrement cette faune et donner aux couches qui les renferment un nom spécial. Je proposerais celui d’aptiennes, les environs d’Apt en étant le principal siège »
En 1850, dans le « Prodrome de Paléontologie »,  Alcide d’Orbigny fournit la liste complète des fossiles qu’il rapporte à son Aptien, comportant les principales espèces caractéristiques, en particulier les ammonites.
Dès lors, ces affleurements de terrains sont donc devenus le « stratotype » de l’Aptien, la référence internationale matérialisant cet étage et permettant  la comparaison avec d’autres affleurements du même âge, dans le monde entier.

L'ESSENTIEL

> 17 sites des calcaires en plaquettes de l’Oligocène (-33 Ma)
> Dalles à empreintes de pas de mammifères (-33 Ma)
> Stratotype de l’Aptien (-120 Ma)
> Sites à vertébrés fossiles de l’Éocène (-35 Ma) et du Miocène (-8 Ma)
> Sites à invertébrés fossiles du Miocène et du Pliocène (-20 Ma, -5 Ma)
> De nombreux sites paléontologiques sur le périmètre de protection et sur le territoire du Parc.

CONTACTEZ-NOUS

Service Géologie
Maison du Parc
60, place Jean Jaurès – 84400 Apt
> envoyer un mail
> 04 90 04 42 00

Photo du bandeau : Grenouille fossile de l’Oligocène (-30 Ma) © PNRL – Patrick Cabrol

— Vous aimerez aussi…

2021-11-19T09:44:58+01:00

Coups de coeur

Librairie

Téléchargements

Retrouvez dans ces pages tous les documents, études, rapports, comptes rendus de réunion, que nous mettons à votre disposition.

Délibérations
Rapports annuels
Dernières publications
Courrier scientifique
Natura 2000
SAGE du Calavon-Coulon
Forum agricole et alimentaire
Rencontres tourisme durable
Forum des pros Valeurs Parc
CTE Luberon-Lure

Inscrivez-vous à nos lettres d’information

Contactez-nous

    * Champs obligatoires

    Conformément à la loi du 6 janvier 1978 relative à l''informatique et aux libertés, vous avez droit d''exercer un pouvoir d''accès et de rectification des données vous concernant. Pour exercer ce droit, vous pouvez écrire au responsable du site.

    X