Non classifié(e)

Sedel

2018-01-14T10:29:03+00:00

Le Parc du Luberon met à la disposition des communes qui adhèrent au programme Sedel (Services énergétiques durables en Luberon), des conseillers en énergie partagés (CEP). Énergéticiens de formation, ils partagent leur temps entre plusieurs communes et les accompagnent afin de suivre les consommations d’énergie, identifier les économies d’énergie, mettre en œuvre des travaux d’efficacité énergétique ou de production locale d’énergie renouvelable. Leur rôle est à la fois technique et pédagogique, avec un objectif premier : être sur le terrain.

Cette vidéo a été tournée au début du programme en 2011, mais la présentation des actions reste d’actualité !

Un conventionnement dans la durée, pour un travail de fond

Les communes de petite taille, comme celles du territoire du Luberon, ne disposent pas d’équipes techniques spécialisées sur les questions d’énergie. Pour autant, elles ont à gérer un patrimoine et doivent faire face aux enjeux énergétiques, avec des budgets contraints.

Le Parc du Luberon et les communes ou intercommunalités bénéficiaires s’engagent à travers une convention, qui fixe les modalités techniques et financières de l’intervention du conseiller en énergie partagé (CEP). La convention initiale porte sur 4 années, les avenants de reconduction sur 3 ans. Cette durée initiale est indispensable pour créer un lien suffisant et une connaissance détaillée du patrimoine de la collectivité. La mise en œuvre d’actions concrètes, de l’analyse initiale de la problématique à la réalisation, puis son évaluation (par le suivi des factures d’énergie) s’opère sur un cycle pluriannuel.

L’Ademe PACA et la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur ont soutenu le lancement de ce programme et ont co-financé le dispositif pendant 4 ans, de façon dégressive. Depuis la 5e année, le programme Sedel est équilibré sans aides financières : les collectivités bénéficiaires couvrent le coût du service dont le retour financier et technique a fait ses preuves.

Collectivités adhérant au programme Sedel du Parc du Luberon

Début 2016, 35 communes, 1 intercommunalité et 1 syndicat adhèrent au programme Sedel.

Des résultats convaincants, après 7 ans d’activités au service du territoire

Le 26 janvier 2016, s’est tenu le dernier comité de pilotage du programme Sedel. Un bilan quantitatif et qualitatif des résultats en cours a été présenté. À la grande satisfaction des élus concernés par ces actions, le retour d’expérience montre que pour une cotisation annuelle de 1,80 € par an et par habitant, les économies identifiées s’élèvent en moyenne à 7,15 € par an et par habitant, et celles effectivement appliquées par les collectivités à 5,44 € par an et par habitant.

Au-delà de l’aspect purement financier, il est important de retenir que l’interaction continue avec le CEP apporte aux collectivités concernées une vision nouvelle sur les enjeux de l’énergie, apporte une veille technique et une capacité à répondre à des appels à projets et opportunités ponctuelles.

  • Télécharger la présentation faite au comité de pilotage du 26 janvier 2016 au format PDF

  • Télécharger les 8 fiches retour d’expérience au format PDF :

    • Ansouis (chaufferie bois-énergie)
    • Cabrières d’Avignon (baisse globale des consommations d’énergie)
    • Lagnes (rénovation globale du patrimoine éclairage public)
    • Mérindol (optimisation réseau chaleur bois-énergie)
    • Mirabeau (optimisation technico-économique des travaux chauffage)
    • Roussillon (baisse globale des consommations d’énergie)
    • Saignon (aide à la facturation des charges chauffage)
    • Villelaure (amélioration et rationalisation des systèmes thermiques de l’école)

Une action de terrain, pragmatique

Au-delà du travail de suivi et d’analyse des consommations, à l’aide d’un logiciel spécialisé, la chasse aux kWh se passe sur le terrain, dans les bâtiments, dans les chaufferies ! L’équipe des 3 CEP Sedel du Parc du Luberon est équipée pour intervenir au sein du patrimoine des collectivités adhérentes.

  • Les CEP utilisent le logiciel du réseau national des CEP, GEPWeb, mis à disposition par l’Ademe © GEPweb
  • Du matériel de mesure adapté et une habilitation électrique pour chaque CEP © PNRL - Denis Maumus
  • Commune de Gargas, adhérente au programme Sedel © PNRL - Matthieu Simonneau
  • L'équipe Sedel du Parc du Luberon © PNRL

L'ESSENTIEL

> En France, près de 28 milliards de kWh sont consommées annuellement par les bâtiments et équipements communaux, pour une dépense de 2,85 milliards d’euros.
> Plus de 5% du budget de fonctionnement des communes de moins de 10 000 habitants est consacré à l’énergie, ce qui représente environ 50 € par habitant et par an.

CONTACTEZ-NOUS

Services énergétiques durables en Luberon
Pôle Transition énergétique
Maison du Parc
60, place Jean Jaurès – 84400 Apt
> envoyer un mail
> 04 90 04 42 00

Photo du bandeau : Un conseiller en énergie partagé du Parc du Luberon © PNRL – Matthieu Camps

— Vous aimerez aussi…

Sedel 2018-01-14T10:29:03+00:00

Le végétal et votre maison

2017-12-27T15:14:56+00:00

Les paysages et les rivières du Luberon sont l’affaire de tous et constituent un bien collectif. C’est pourquoi nous devons planter les jardins, les espaces verts, les places, comme une réponse à l’environnement qui nous entoure et au changement climatique, comme une participation au cadre de vie collectif et à la préservation de la biodiversité.

Le Parc naturel régional du Luberon a publié deux guides “Le végétal et votre maison” pour vous permettre, habitants ou collectivités, de favoriser les espèces bien adaptées aux contraintes locales et avec les meilleures chances de réussite…

Dans une rue d'Oppède © Léa Samson
Dans une rue d’Oppède
© Léa Samson

Guide technique pour planter arbres et arbustes dans le Luberon

Couverture du guide "arbres et arbustes"

Pour planter avec les meilleures chances de réussite des arbres, des arbustes ou des plantes grimpantes dans le Luberon.

Ouvrage collectif
Éd. PNRL – 80 pages couleur
7 € – En vente à la Maison du Parc : 04 90 04 42 00 ou envoyer un mail

Guide technique des plantes couvre-sol pour un jardin facile en Luberon

Couverture du guide "Le végétal et votre maison : plantes couvre-sol"

Pour planter dans votre jardin des plantes adaptées au climat provençal : moins de soins, moins de traitements, moins d’arrosages, c’est bon pour l’environnement !

Auteur : Pierre Michelot
Éd. PNRL – 36 pages couleur
3 € – En vente à la Maison du Parc : 04 90 04 42 00 ou envoyer un mail

  • Pavillons du Luberon et leur jardin © PNRL

L'ESSENTIEL

> 2 guides techniques réalisés dans le cadre de la mission écologie urbaine du Parc naturel régional du Luberon, et plus spécifiquement son programme d’actions sur la réduction de l’usage des pesticides.
> Avec le soutien de la Dréal, l’Agence de l’eau Rhône-Méditerranée et Corse et la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur.

CONTACTEZ-NOUS

Pôle Transition énergétique et Écologie urbaine
Maison du Parc
60, place Jean Jaurès – 84400 Apt
> envoyer un mail
> 04 90 04 42 00

Photo du bandeau : Ciste crépu dans un jardin © PNRL

— Vous aimerez aussi…

Le végétal et votre maison 2017-12-27T15:14:56+00:00

Le Jour de la Nuit en Luberon

2017-10-16T21:09:51+00:00

Samedi 14 octobre 2017, le Jour de la Nuit revient pour la 2e année à l’échelle du Parc naturel régional du Luberon. Rendez-vous annuel incontournable, le Jour de la Nuit est une opération nationale visant à informer sur les conséquences de la pollution lumineuse. Le temps d’un soir, il s’agit d’inviter le grand public à retrouver le charme de la nuit noire et la beauté d’un ciel préservé de toute nuisance lumineuse ; et il s’agit aussi d’économiser de l’énergie.

Carte des communes participant au Jour de la Nuit en Luberon
Carte des communes participant au Jour de la Nuit en Luberon

Les animations par commune

Cette année, 23 communes proposent une animation et s’engagent à éteindre (ou ne pas allumer) l’éclairage public cette nuit-là. Généralement, celle-ci débutera à 20 heures pour, ensemble, rallumer les étoiles !

Autres communes pratiquant une extinction de l’éclairage public le 14 octobre 2017

14 communes pratiqueront également l’extinction de l’éclairage public toute la nuit le 14 octobre.

Dans les Alpes de Haute-Provence

Extinction autour de l’hôtel de ville et sur les places principales à Manosque, Montfuron, Pierrevert, Sainte-Tulle, Villeneuve, Volx ; en partenariat avec la DLVA.

En Vaucluse

Extinction à Cabrières-d’Aigues, Castellet, Joucas, La Tour-d’Aigues, Lacoste, Roussillon, Saint-Pantaléon, Sivergues.

— STAR GUIDE

Pour mieux diffuser une culture astronomique sur le territoire et sensibiliser le public à la préservation du ciel étoilé, le Parc du Luberon a organisé en septembre 2017 une formation « Star Guide », en partenariat avec la société Cosmostory.

Les 11 participants (élus, représentants d’associations, professionnels du tourisme, animateurs jeunesse) ont ainsi acquis des connaissances de base en lecture du ciel qu’ils partageront sur le territoire dès le 14 octobre avec d’autres Star Guide à Ansouis, Cadenet, Lauris, Oppède, Puyvert, Aubenas-les-Alpes.

— PROTÉGER LA BIODIVERSITÉ NOCTURNE ET LE CIEL ÉTOILÉ

Notre environnement ne se limite pas à la terre que nous foulons, l’eau que nous buvons ou l’air que nous respirons, mais intègre aussi la qualité de notre ciel, en particulier la nuit. Depuis un milliard d’années, la vie animale et végétale sur terre est réglée par l’alternance du jour et de la nuit. Mais il aura suffi de quelques dizaines d’années pour que la multiplication, souvent anarchique, de zones éclairées, tant sur le domaine public que privé menace cet équilibre. Souvent, les installations d’éclairage public ne prennent pas en compte la pollution lumineuse et génèrent une lumière trop agressive, mal dirigée, ou mal répartie. Les conséquences ? Disparition du ciel étoilé, perturbation de la vie nocturne, gaspillage inutile d’énergie.

La Charte du Parc du Luberon, qui décrit un projet de développement durable, intègre ces différents enjeux : protection de l’environnement, de la biodiversité et du ciel nocturne, et promotion de nouvelles pratiques d’économie d’énergie. Le rôle du Parc est d’accompagner les communes adhérentes dans tous ces domaines à la fois, avec une vision transversale.

C’est la raison pour laquelle le Parc naturel régional du Luberon a incité les communes de son territoire à participer massivement à la manifestation nationale “Le Jour de la Nuit”, qui se déroulera le 14 octobre 2017 dans toute la France. Dans le Luberon, 37 communes répondent présentes, en éteignant tout ou partie de l’éclairage public cette nuit-là et en animant 23 soirées grand public afin de sensibiliser les habitants à l’importance de la qualité du ciel nocturne.

L'ESSENTIEL

Le Parc du Luberon, 2 intercommunalités et près de 40 communes partenaires fêtent le Jour de la Nuit 2017 pour redécouvrir le ciel étoilé
et protéger la biodiversité nocturne.

PLUS D'INFOS

> Voir le site lejourdelanuit.fr

CONTACTEZ-NOUS

Pôle Transition énergétique et écologie urbaine
Maison du Parc
60, place Jean Jaurès – 84400 Apt
> envoyer un mail
> 04 90 04 42 00

Photo du bandeau : Le Jour de la Nuit en Luberon

— Vous aimerez aussi…

Le Jour de la Nuit en Luberon 2017-10-16T21:09:51+00:00

La publicité et la signalétique

2017-10-26T15:45:16+00:00

Le Parc naturel régional du Luberon a été le premier à instituer une charte signalétique en 1997 pour les communes rurales, puis en 1998 pour les 4 villes (Apt, Cavaillon, Manosque et Pertuis). L’objectif ? Remédier à la prolifération des panneaux publicitaires à l’impact souvent désastreux sur l’environnement et le paysage. Aujourd’hui, la charte signalétique constitue un guide juridique et administratif à l’usage des élus, entreprises, commerces et associations pour réorganiser la signalétique dans les communes conformément à la loi.

Vous êtes un acteur économique et vous souhaitez signaler votre activité ?
Donnons le bon exemple en limitant la publicité pour préserver nos paysages !

Si la publicité est interdite dans un parc naturel régional, elle peut néanmoins être admise sur les zones agglomérées, dans le cadre d’un règlement local de publicité établi en fonction de la charte signalétique du Parc. La signalisation des activités économiques est ainsi rendue possible par les enseignes, les pré-enseignes, la signalétique de jalonnement, la signalétique d’intérêt local (SIL) et les relais informations services (RIS), chacun de ces dispositifs ayant des prescriptions réglementaires précises.

Vous trouverez dans les documents à télécharger ci-dessous des solutions et des recommandations pour respecter la réglementation tout en assurant une bonne visibilité des acteurs économiques locaux. Notamment, des conseils sur la couleur, le graphisme, la taille, l’implantation sont donnés dans la charte signalétique du Parc du Luberon.

Sur le territoire du Parc du Luberon, 42 communes possèdent des règlements locaux de publicité (RLP), et 50 communes ont installé un jalonnement des activités locales en respectant les directives de la charte signalétique, qui elle-même est conforme au décret du 30 janvier 2012 relatif à la publicité extérieure, aux enseignes et pré-enseignes.

— Que dit la réglementation ?

La loi du 12 juillet 2010 portant engagement national pour l’environnement et le décret du 30 janvier 2012 relatif à la publicité extérieure, aux enseignes et aux pré-enseignes, ont apporté des changements qui ont donné lieu à la révision de la charte signalétique du Parc du Luberon pour les communes rurales et les villes.

Les règles relatives aux enseignes et pré-enseignes ont changé sans pour autant se simplifier… Les changements les plus importants concernent :

  • la suppression des pré-enseignes dérogatoires pour les hôtels, restaurants, garages, stations-services, et les activités en retrait de la voie publique après le 13 juillet 2015 ;
  • de nouvelles règles plus strictes pour les enseignes (une seule enseigne scellée au sol par activité au lieu de 2) ;
  • l’interdiction de toute publicité ;
  • l’élaboration de règlements locaux de publicité (RLP) sur la totalité d’un territoire communal.

À travers la charte signalétique, l’objectif du Parc est bien de toujours concilier la protection des paysages et l’efficacité commerciale pour les activités artisanales, agricoles, commerciales, artistiques et touristiques, qui font vivre le territoire, et ce en continuité avec le travail effectué depuis 25 ans.

La mise en œuvre des changements de la loi et de la charte signalétique révisée du Parc s’effectuent dans la concertation avec les collectivités (État, Région, Départements, communes), les partenaires économiques et les habitants.

L'ESSENTIEL

> La charte signalétique constitue un guide pratique pour expliquer aux élus et aux acteurs économiques ou associatifs du territoire comment signaler les activités du territoire, dans le respect des paysages et du patrimoine bâti du Luberon, principaux facteurs de son attractivité touristique et de la qualité du cadre de vie.

PLUS D'INFOS

> en cours
>

CONTACTEZ-NOUS

Pôle Transition énergétique et Écologie urbaine
Maison du Parc
60, place Jean Jaurès – 84400 Apt
> envoyer un mail
> 04 90 04 42 00

Photo du bandeau : Panneau en application de la charte signalétique © PNRL – Nicolas Bouedec

— Vous aimerez aussi…

La publicité et la signalétique 2017-10-26T15:45:16+00:00

L’inventaire des fourmis de France

2017-08-07T17:39:22+00:00

Vous êtes naturaliste ? Ou bien vous n’êtes pas spécialiste mais vous vous intéressez à la nature en général et aux insectes en particulier ? Participez au projet AntArea qui vise à faire l’inventaire et à localiser les espèces de fourmis présentes sur le territoire français métropolitain !

Fourmi Temnothorax unifasciatus © David Ignace
Fourmi Temnothorax unifasciatus
© David Ignace

Pourquoi ?

En partenariat avec le Muséum national d’Histoire naturelle de Paris (MNHN), l’association AntArea effectue l’inventaire national des fourmis métropolitaines en vue de la publication d’un atlas. Le dernier ouvrage de présentation exhaustive des fourmis datant de 1968, une mise à jour s’impose aujourd’hui.

Comment ?

Toutes les personnes souhaitant contribuer au projet AntArea sont les bienvenues. Aucune connaissance n’est nécessaire pour participer à ce projet. Il suffit juste de se conformer aux modalités de collecte des fourmis (cliquer sur le lien ci-dessous) et de les envoyer pour identification par les spécialistes d’AntArea.

  • Fourmi Formica fusca © David Ignace

Le rôle du Parc du Luberon

En juillet 2017, le Parc du Luberon a accueilli une conférence sur les fourmis, réalisée par Philippe Wegnez, myrmécologue belge de passage dans le Luberon, co-auteur notamment du guide Delachaux sur les fourmis de France.

À cette occasion, le projet d’inventaire national des fourmis a été présenté et les naturalistes du Parc du Luberon ont proposé d’apporter leur contribution à la collecte des données au sein du périmètre de la Réserve de biosphère Luberon-Lure ; et d’encourager la participation du plus grand nombre à ce projet, naturalistes comme non spécialistes, dans le respect du protocole et de l’éthique de collecte figurant sur le site internet d’AntArea.

L'ESSENTIEL

> AntArea est un projet d’étude, d’identification, de répartition, de localisation des fourmis françaises métropolitaines.
> Chacun peut y participer en se conformant au protocole.

BIBLIOGRAPHIE

> “Fourmis de France”, par Philippe Wegnez, Christophe Galkowski, Claude Lebas, Rumsaïs Blatrix – éditions Delachaux
> “Fourmis d’Europe occidentale”, par Claude Lebas, Christophe Galkowski, Rumsaïs Blatrix, Philippe Wegnez – éditions Delachaux

CONTACTEZ-NOUS

Service Espaces naturels
Maison du Parc
60, place Jean Jaurès – 84400 Apt
> envoyer un mail
> 04 90 04 42 00

Photo du bandeau : La bastide de la Maison de la Biodiversité © PNRL – Nathalie Teil

— Vous aimerez aussi…

L’inventaire des fourmis de France 2017-08-07T17:39:22+00:00

Le Vautour percnoptère

2017-07-28T14:12:27+00:00

Le Vautour percnoptère du Luberon est un oiseau charognard qui a toujours suivi l’Homme et ses troupeaux. Durant des millénaires, il s’est nourri sur les carcasses qu’abandonnaient les bergers, les faisant bénéficier de son travail d’équarrissage naturel. Cette espèce est encore aujourd’hui emblématique de la biodiversité liée au pastoralisme. Mais le Vautour percnoptère, oiseau utile, étrange et inoffensif, est menacé d’extinction.

Vautour percnoptère © PNRL - Max Gallardo
Vautour percnoptère
© PNRL - Max Gallardo

Un “vieil” ami en difficulté

L’arrivée de l’ère industrielle et son influence sur les pratiques pastorales dès la fin du XIXe siècle, puis l’évolution récente de la règlementation sur l’équarrissage, ont mis à mal l’antique solidarité entre les hommes et les oiseaux. Ne trouvant plus suffisamment de nourriture accessible, mais aussi victime du fusil de tireurs irréfléchis, puis de nos jours des dérangements liés à la fréquentation touristique de ses sites de nidification, le petit vautour a peu à peu disparu. “Lou Peyre Blanc”, l’un de ses noms en provençal, est cependant parvenu à traverser le temps jusqu’à notre époque.

En France, il en reste à peine une centaine de couples : 80 dans les Pyrénées, une vingtaine dans le quart sud-est. Il est toujours présent dans le massif du Petit Luberon et les monts de Vaucluse. Le Parc du Luberon œuvre depuis sa création à préserver et à restaurer les effectifs de ce vieux compagnon de route des bergers.

Une vie de Percnoptère

Le Vautour percnoptère (Neophron percnopterus) est un grand rapace mais le plus petit des vautours européens. Son envergure se situe entre 1,6 et 1,8 mètre, pour un poids allant de 1,5 à 2,5 kg. À la différence des autres vautours, il ne se nourrit pas que de cadavres de mammifères. Il consomme également divers types de déchets organiques, et même de petites proies (petits reptiles, gros insectes). C’est pourquoi son bec n’est pas très fort, mais plutôt long et fin.

Le Percnoptère vit longtemps, de 20 à 40 ans. Le maintien de ses effectifs dépend fortement de la survie des adultes, et de leur capacité à produire des jeunes chaque année au cours de leur vie. Il fait son nid dans des cavités des parois rocheuses. Cela le met à l’abri des prédateurs et lui assure la tranquillité…excepté en cas de fréquentation touristique du site.

L’accouplement a lieu fin mars-début avril, puis la ponte fin avril-début mai (1 à 2 œufs). La couvaison dure une quarantaine de jours, les deux adultes se relayant. Un poussin prendra son envol entre 2,5 et 3,5 mois après l’éclosion.

Vautour percnoptère se nourrissant sur un charnier © PNRL-Max Gallardo
Vautour percnoptère se nourrissant sur un charnier
© PNRL-Max Gallardo

Un oiseau migrateur Luberon-Sahara

Le Percnoptère est un migrateur qui passe l’hiver en Afrique. Chaque année, il arrive dans le Petit Luberon et les monts de Vaucluse en mars, et repart en septembre.

Après son envol, un jeune Percnoptère part rapidement, survolant Provence, Languedoc puis Roussillon, avant de franchir les Pyrénées. Il poursuit à travers l’Espagne pour passer la Méditerranée au détroit de Gibraltar. Il traverse ensuite Maroc et Algérie, pour s’arrêter au sud de la Mauritanie ou au Mali.

Le Vautour percnoptère reste au sud du Sahara durant ses 2 à 3 premières années, sans revenir en Europe. Il y trouve des ressources liées au pastoralisme, grâce aux troupeaux des bergers nomades du Sahel. Il se nourrit aussi sur les décharges et avec quelques cadavres de gazelles. En Afrique aussi, il joue son rôle d’éboueur et d’équarisseur naturel.

Les jeunes sont reproducteurs dès l’âge de 4 à 5 ans, période à partir de laquelle ils feront l’aller-retour chaque année.

Appelé aussi “Percnoptère d’Égypte”, il a été considéré comme une divinité aux temps des pharaons. Comme tous les oiseaux migrateurs, il incarne un trait d’union entre Europe et Afrique, continents qu’il rallie sans relâche d’une saison à l’autre tout au long de sa vie. Le Vautour percnoptère est classé « En danger d’extinction » sur la liste rouge mondiale des espèces menacées.

En déclin sur l’ensemble de son aire de répartition mondiale, c’est l’un des oiseaux les plus menacés de France et d’Europe. Le Parc du Luberon répond à ce fort enjeu de conservation de la biodiversité en menant des actions sur le long terme.

  • Vautour percnoptère en Afrique © PNRL - Max Gallardo
  • Dromadaires dans le Sahara © PNRL - Max Gallardo

L'ESSENTIEL

> 12 couples de Percnoptère présents en Luberon dans les années 1950.
> 4 couples présents aujourd’hui.

CONTACTEZ-NOUS

Service Espaces naturels
Maison du Parc
60, place Jean Jaurès – 84400 Apt
> envoyer un mail
> 04 90 04 42 00

Photo du bandeau : Vautours percnoptères jeune et adulte © François Desbordes

— Vous aimerez aussi…

Le Vautour percnoptère 2017-07-28T14:12:27+00:00

Adrets de Montjustin – Les Craux – Rochers et crêtes de Volx

2017-08-02T08:44:58+00:00

Le site Natura 2000 “Adrets de Montjustin – Les Craux – Rochers et crêtes de Volx” est une zone spéciale de conservation (ZSC), c’est-à-dire une zone réglementaire définie par arrêté ministériel, qui vise la conservation des types d’habitats et des espèces animales et végétales. Ce zonage permet au Parc du Luberon de mener le programme Natura 2000 en s’appuyant sur une réglementation adaptée depuis la création du site en 2007.

logo_natura_2000

Vue sur le Luberon oriental © PNRL
Vue sur le Luberon oriental
© PNRL

Un site mosaïque

Cette zone abrite des forêts diversifiées et anciennes, des pelouses et des zones humides accueillant un grand nombre d’espèces végétales et animales remarquables et rares à l’échelle européenne. Ce patrimoine est l’héritage de pratiques forestières et pastorales qui les favorisent et sont ainsi soutenues par le programme Natura 2000.

Les habitats

  • Des milieux ouverts : pelouses humides, pelouses sèches, prairies mésophiles, matorrals à genévriers
  • Des milieux forestiers : seules certaines chênaies, et notamment les chênaies vertes, sont considérées comme d’intérêt communautaire.
  • Des milieux humides et quelques cours d’eau : la rareté de l’eau dans la région et sur le site même fait que ces milieux sont d’une valeur irremplaçable, malgré leur faible ampleur.
  • Des milieux rocheux : ils accueillent des communautés vivantes tout à fait particulières ; ils sont aussi un lieu de reproduction et de refuge pour un certain nombre d’animaux.

Les espèces

  • Des chiroptères : Barbastelle d’Europe
  • Des papillons : Damier de la Succise, Écaille chinée, Laineuse du Prunellier
  • Des coléoptères : Grand capricorne, Lucane cerf-volant, Pique-prune, Rosalie des Alpes
  • Troupeaux dans les craux de Saint-Michel l'Observatoire © David Tatin
  • Lucane cerf-volant posée sur un buis © PNRL - Laurent Michel
  • Pelouses de Saint-Martin les Eaux © PNRL - Sophie Bourlon
  • Travaux de restauration sur les Craux de Saint-Michel l'Observatoire © PNRL

— Les objectifs prioritaires du site Natura 2000

Ils visent à conserver les espèces et les habitats conjointement à la conservation des activités socio-économiques en place.

  • Entretenir les pelouses sèches par le pastoralisme, et restaurer des pelouses disparues sur les crêtes et sur les milieux embroussaillés.
  • Conserver des secteurs de vieux peuplements forestiers naturels.
  • Conserver les milieux semi-ouverts méditerranéens de garrigues et matorrals à chêne vert.
  • Entretenir, restaurer et préserver la qualité des zones humides.
  • Préserver les sites souterrains (naturels comme les grottes, ou artificiels comme les mines et carrières souterraines abandonnées) abritant des chiroptères.
  • Préserver les prairies et pelouses sèches du reboisement.

L'ESSENTIEL

> Directive européenne “Habitats, faune, flore” : site FR9301542
> Superficie : 3 578 ha
> Altitude : 342 à 791 m
> 9 communes

PLUS D'INFOS

> Connaître l’ensemble des sites Natura 2000 animés par le Parc du Luberon (lien en construction)
> Consulter l’Inventaire national du patrimoine naturel
> Voir le portail des sites Natura 2000 des Alpes de Haute-Provence

CONTACTEZ-NOUS

Service Espaces naturels
Maison du Parc
60, place Jean Jaurès – 84400 Apt
> envoyer un mail
> 04 90 04 42 00

Photo du bandeau : La bastide de la Maison de la Biodiversité © PNRL – Nathalie Teil

— Vous aimerez aussi…

Adrets de Montjustin – Les Craux – Rochers et crêtes de Volx 2017-08-02T08:44:58+00:00

La charte du Parc du Luberon

2017-05-26T15:35:34+00:00

La charte du parc naturel régional, c’est le projet de développement durable élaboré pour le Luberon, un contrat signé par les collectivités territoriales concernées à l’issue d’une vaste concertation entre élus, forces vives, administrations et grand public.

Un contrat pour un projet

La charte est LE document de référence du Parc. Elle engage ses signataires pour 12 ans, jusqu’en 2021 : la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, les Départements des Alpes de Haute-Provence et de Vaucluse et les 77 communes adhérentes. L’État, qui l’approuve par décret, s’engage avec le syndicat mixte qui gère le Parc à favoriser et à garantir l’application de la charte, à travers l’action de ses services.

La charte détaille les missions assignées au Parc naturel régional du Luberon. Elle fixe les objectifs à atteindre, les orientations de protection, de mise en valeur et de développement du Parc, ainsi que les mesures qui permettent de les mettre en œuvre.

Elle comporte un plan indiquant les différentes zones du Parc et leur vocation principale.

Elle permet d’assurer la cohérence et la coordination des actions menées sur le territoire du Parc par les diverses collectivités publiques.

— La charte du Parc du Luberon est structurée selon 4 axes, qui traduisent les missions d’un parc naturel régional.

  • Protéger les paysages, transmettre les patrimoines et gérer durablement les ressources naturelles.
  • Développer et ménager le territoire, en contribuant à la définition et à l’orientation des projets d’aménagement.
  • Contribuer au développement économique et social, en créant des synergies entre environnement de qualité et activité économique.
  • Assurer l’accueil, l’éducation et l’information, en favorisant le contact avec la nature, en sensibilisant les habitants aux problèmes environnementaux (et notamment les scolaires), pour partager le projet de territoire.
  • Une cinquième mission vient renforcer ces 4 axes, à savoir : réaliser des actions expérimentales ou exemplaires et participer à des programmes de recherche et d’innovation.

Un contrat d’engagement volontaire

Soumise à enquête publique, la charte est approuvée de manière volontaire par les communes du territoire du Parc, la région et les départements. Elle est ensuite approuvée par décret du Premier ministre qui attribue officiellement le label Parc naturel régional.

Le Parc du Luberon ne dispose pas de pouvoir réglementaire direct, mais la charte a valeur de contrat moral et s’impose à ses signataires. Les décisions que ces derniers prennent doivent être cohérentes avec la charte (c’est le cas des documents d’urbanisme type PLU ou SCOT).

La première charte du Parc naturel régional du Luberon a été approuvée en 1977, renouvelée en 1997, puis pour la période 2009-2021.

LE SAVIEZ-VOUS ?

Que trouve-t-on dans la charte ?
> Le projet de territoire pour les 12 ans (le rapport de la
charte)
> Le plan de Parc
> Les annexes réglementaires

PLUS D'INFOS

En savoir + sur les chartes de Parc et la procédure de classement sur le site de la Fédération des parcs naturels régionaux

CONTACTEZ-NOUS

Maison du Parc
60, place Jean Jaurès – 84400 Apt
> envoyer un mail
> 04 90 04 42 00

Photo du bandeau : Vivre dans le Luberon © Hervé Vincent

— Vous aimerez aussi…

La charte du Parc du Luberon 2017-05-26T15:35:34+00:00

Natura 2000 en Luberon

2017-06-30T11:12:10+00:00

Le réseau Natura 2000 est un ensemble de sites naturels, terrestres et marins, dont l’objectif est de contribuer à préserver la diversité biologique sur le territoire de l’Union européenne. 9 sites Natura 2000 se trouvent sur le territoire du Luberon, représentant 54 000 hectares.

Carte des 9 sites Natura 2000 du Luberon

Le réseau européen Natura 2000 fédère deux types de sites naturels : les ZSC et les ZPS

Les zones spéciales de conservation (ZSC) sont désignées au titre des habitats et des espèces citées à la directive européenne Habitats faune flore.

Les zones de protection spéciale (ZPS) sont désignées d’après la liste des oiseaux figurant à l’annexe de la directive Oiseaux.

Sur le territoire du Parc naturel régional du Luberon, il y a :

  • 7 zones spéciales de conservation (44 730 hectares) :
    • Rochers et combes des Monts de Vaucluse
    • Ocres de Roussillon et de Gignac-Marnes de Pérréal
    • Vachères
    • Adrets de Montjustin-les Craux-Rochers et crêtes de Volx
    • La Durance
    • Massif du Luberon
    • Le Calavon et l’Encrême
  • 2 zones de protection spéciale (22 977 ha) :
    • Massif du Petit Luberon
    • La Durance

Le Parc du Luberon anime 7 sites Natura 2000 : de quoi s’agit-il ?

Animer un site Natura 2000 consiste à :

  • élaborer le document d’objectifs (réaliser les inventaires biologiques et le diagnostic socio-économique ; définir les objectifs et mesures de gestion) ;
  • faire valider ce document d’objectifs (Docob) par le préfet ;
  • mettre en œuvre le Docob et les mesures de gestion : par exemple passer des contrats de restauration de milieu ou mettre en place des mesures  agro-environnementales ;
  • assurer les suivis scientifiques et les programmations budgétaires ;
  • conseiller les usagers de ces espaces à travers une évaluation des incidences de leurs activités.

Un comité de pilotage est constitué pour chaque site Natura 2000, composé d’élus, des services de l’Etat, de partenaires techniques et de représentants de la société civile.

  • Troupeaux dans les craux de Saint-Michel l'Observatoire © David Tatin
  • Petits rhinolophes sur le site de Vachères © Anne Poinso

L'ESSENTIEL

> 7 sites ZSC (au titre de la directive Habitats) : 44 730 ha
> 2 sites ZPS (au titre de la directive Oiseaux) : 22 977 ha

CONTACTEZ-NOUS

Service Espaces naturels
Maison du Parc
60, place Jean Jaurès – 84400 Apt
> envoyer un mail
> 04 90 04 42 00

Photo du bandeau : Vue sur le site Natura 2000 de la Durance © PNRL – Jérôme Brichard

— Vous aimerez aussi…

Natura 2000 en Luberon 2017-06-30T11:12:10+00:00

Téléchargements Natura 2000

2018-01-11T09:58:49+00:00

Le territoire du Parc du Luberon comporte 9 sites Natura 2000, soit 7 zones spéciales de conservation et 2 zones de protection spéciale. Le programme Natura 2000 constitue un élément essentiel des actions de conservation et de gestion menées sur le territoire du Parc naturel régional du Luberon. Le Parc est animateur de 7 sites dont vous trouverez ci-dessous les documents techniques et de suivi.

L'ESSENTIEL

> 9 sites Natura 2000
> 7 ZSC (zones spéciales de conservation)
> 2 ZPS (zones de protection spéciale)

CONTACTEZ-NOUS

Service Espaces naturels
>   Maison du Parc
60 place Jean-Jaurès
BP 122 – 84404 Apt Cedex
>    04 90 04 42 00

Photo du bandeau : La Virginière, site Natura 2000 “Calavon” (© David Tatin)

— Vous aimerez aussi…

Téléchargements Natura 2000 2018-01-11T09:58:49+00:00

Coups de coeur

Librairie

Téléchargements

Retrouvez dans ces pages tous les documents, études, rapports, comptes rendus de réunion, que nous mettons à votre disposition.

Natura 2000
Délibérations
Rapports annuels
Sage du Calavon-Coulon
Forum circuits courts
Rencontres tourisme durable

Inscrivez-vous à nos lettres d’information

Contactez-nous

[contact-form-7 404 "Not Found"]

X