PATRIMOINE CULTUREL

LE PATRIMOINE BÂTI, TÉMOIGNAGE DE L’HISTOIRE DU LUBERON

De la cabane en pierre sèche (la borie, symbole du Parc du Luberon) jusqu’à la bastide aristocratique, en passant par les pigeonniers, les chapelles rurales, les châteaux fortifiés ou les maisons paysannes, la grande variété des édifices bâtis témoigne de l’histoire et de la singularité du Luberon.
En épousant les contraintes du milieu naturel, les constructions et les activités humaines ont créé, au fil des siècles, des paysages remarquables, des villages perchés pittoresques et ont forgé une identité régionale. C’est ce patrimoine, transmis par les générations passées, qui permet de reconnaître aujourd’hui encore au premier coup d’œil, le Luberon parmi tant d’autres territoires.

  • Le village de Dauphin (photo Hervé Vincent)

Les villages perchés du Luberon

Emblématiques des paysages du Parc du Luberon, les villages se sont développés autour des châteaux du Moyen-Age. « Perchés » sur les hauteurs, on pouvait voir venir l’ennemi et lui rendre la tâche bien difficile. Durant un millénaire, ils se sont agrandis, ont traversé de graves crises et vécus de belles renaissances. Témoignage de la riche histoire du Luberon, les villages évoluent encore aujourd’hui en mêlant préservation du patrimoine architectural et paysager et développement.

  • Le hameau de Roque-Colombe à Sannes (photo Hervé Vincent)

Les hameaux du Luberon

Ni un village en miniature, ni une très grande ferme, les hameaux constituent une entité à part entière dans les paysages et le patrimoine architectural du Parc du Luberon. Ce type d'habitations est généralement peu fréquent en Provence, leur présence sur le territoire du Luberon traduisant plutôt une influence alpine.

  • Les maisons anciennes du village de Gordes (photo Hervé Vincent)

Les maisons de village en Luberon

Reflet des modes de vie et de construction de chaque époque, les maisons des villes et des villages du Luberon sont un livre d’histoire à ciel ouvert. D’abord contenues dans un tissu urbain dense et étroit à l’intérieur des enceintes du Moyen Age, elles se développent ensuite « hors les murs » dans des proportions plus confortables. Les façades et les toitures de ces maisons participent à la silhouette des villages perchés du Parc du Luberon et témoignent de son riche patrimoine architectural.