BIODIVERSITÉ DOMESTIQUE

UN PATRIMOINE FRUITIER REMARQUABLE MAIS MÉCONNU

La Provence bénéficie d’un patrimoine fruitier aux noms évocateurs :
– pommes : Provençale rouge d’hiver, Bouquepreuve, (pour preuve en bouche), Vauriasse (pour Valréas), Blanche du Luberon, Pointue de Trescleoux
– figues : Noire de Caromb, Violette de Solliès, Grise de Tarascon
– bigarreau Pélissier
– griotte de Provence
– coing de Provence
– amandes : Floquette, Demi-tendre d’Apt, Princesse, Tournefort
– prunes : Blanche du Luberon, Perdrigon
– abricots : Précoce de Boulbon, Rosé de Provence, Poman rosé
– olive : Verdale de Carpentras
– jujube de Provence
– kaki de Provence
– grenade de Provence
De nombreuses espèces n’ont pas fait l’objet de recherches pour la création variétale, du fait de leur faible importance économique. Les variétés anciennes sont alors les seules disponibles ; c’est le cas pour le figuier, l’olivier, l’amandier, voire le poirier. À l’opposé, des espèces comme la pomme ont fait l’objet de créations variétales standard, qui ont conduit à l’abandon de variétés dont certaines méritent d’être réhabilitées. Inventorié et protégé par le Parc du Luberon depuis quarante ans, le patrimoine génétique fruitier résulte d’un travail séculaire de sélection par les sociétés rurales, véritable mémoire vivante conservée pour le futur.

Photo du bandeau : Champ de cerisiers en fleurs, dans le pays d’Apt (Wego Productions).

Natura 2000 en Luberon

Le réseau Natura 2000 est un ensemble de sites naturels, terrestres et marins, dont l’objectif est de contribuer à préserver la diversité biologique sur le territoire de l’Union européenne. 9 sites Natura 2000 se trouvent sur le territoire du Luberon, représentant 54 000 hectares.

Les rencontres du tourisme durable

Le 14 mars 2017, le Parc naturel régional du Luberon, le Commissariat à l’Aménagement, au Développement et à la Protection du massif des Alpes et la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur ont proposé aux professionnels du tourisme et de l’agriculture de se rencontrer pour échanger, se mettre en réseau et construire ensemble des pistes ...

Luberon-Lure, parcelle de biosphère

En 1997, le Parc naturel régional du Luberon est intégré au réseau des réserves de biosphère de l'Unesco. Le territoire est étendu en 2010 à la montagne de Lure pour devenir la Réserve de biosphère Luberon-Lure

Le syndicat mixte de gestion

L’organisme chargé de mettre en œuvre la charte du Parc naturel régional du Luberon est un syndicat mixte qui regroupe les collectivités signataires de cette charte : Région Provence-Alpes-Côte d'Azur, Départements des Alpes de Haute-Provence et du Vaucluse et communes adhérentes.

La charte du Parc du Luberon

La charte du parc naturel régional, c’est le projet de développement durable élaboré pour le Luberon, un contrat signé par les collectivités territoriales concernées à l’issue d’une vaste concertation entre élus, forces vives, administrations et grand public.

Réseau des correspondants Parc des collèges et lycées

Dans chaque collège et lycée du territoire, une personne est identifiée comme référent du Parc sur la base du volontariat : enseignant de SVT, d'Histoire-Géographie, documentaliste, aide-laboratoire... Son rôle est de se tenir informé de l'actualité du Parc, des actions éducatives proposées et des ressources éducatives existantes sur le territoire ; et d'être un relai du Parc au sein de son établissement.